Toute la Suisse plante de la vigne ! Même en Appenzell !

Depuis quelques années les statistiques jouent les oiseaux de mauvaise augure en nous expliquant que les Suisses boivent de moins en moins de vins. Dans une société devenue proprette et un brin moralisatrice, ils boivent peut-être moins, c’est un fait inéluctable, mais ils boivent mieux ! La lame de fond écologiste plaide aussi en faveur des vins locaux et non des vins dont le bilan carbone est désastreux en survolant la moitié de la planète. Les restaurants, vinothèques, bars, centres culturels, centres de dégustation et bien sûr les caves elles-mêmes rivalisent d’idées pour attirer les amateurs de bons crus autochtones. Et cela pas seulement auprès des » poids lourds » de la viticulture comme le Valais, Vaud, Genève, Neuchâtel, le Tessin et les Grisons.
Aujourd’hui, tous les cantons en Suisse plantent de la vigne ! Même le canton d’Appenzell Rhodes Intérieur en possède. Le canton le moins peuplé de Suisse, profondément attaché à sa Landsgemeinde, connu pour produire l’un des plus fameux fromages de Suisse, « l’Appenzeller » s’est laissé gagner par la fièvre viti-vinicole. Sur 6’376 mètres carrés, les appenzellois ont complanté du Riesling-Sylvaner, du Johanniter et du Maréchal Foch, un cépage hybride rouge que l’on rencontre aussi au Canada et au Nord-est des Etats-Unis, des régions à climat plus frais. Avec un taux de précipitation avoisinant les 1’100 mm de pluie annuellement et 18°C de moyenne le mois le plus chaud (juillet), les Appenzellois ont bien eu raison de planter des cépages résistants à des conditions climatiques plus impitoyables.
Ce canton continue de faire figure d’exception dans les statistiques de ce message puisqu’il est le seul, avec le canton d’Obwald à ne pas produire de Pinot Noir, le cépage emblématique Suisse.
« Klein aber fein » ont l’habitude de dire nos amis d’outre-Sarine. Expression que l’on pourrait traduire par « petit mais raffiné ». Buvons, buvons-en de nos vins de notre petit pays aux crus si fins et si délicats !
Ces chiffres sont tirés de la statistique de l’année viticole 2017 du contrôle officiel des vendanges des cantons.