Tradition vs technologies modernes ou les vins de cépages vs les vins de terroir

Sous nos latitudes on parle souvent de viticulture de tradition. Ce sont des vins de terroir basés sur des cépages locaux, sur une histoire plusieurs fois centenaire et sur des pratiques œnologiques et viticoles traditionnelles bien établies. Le vin aura chaque année un goût différent car il est très dépendant du climat. Les vignerons s’attachent à respecter la notion de terroir. A la cave, les œnologues interviennent le moins possible afin de conserver la typicité du terroir. Ce type de vin se trouve surtout en Europe, appelé aussi les vins du vieux monde. Ces vins sont produits généralement par des entités familiales dépassant rarement quelques hectares. Elles s’appuient sur la tradition, l’histoire, pour promouvoir leurs produits.
A l’opposé on trouve les vins de cépages, les vins du nouveau monde. Ils proviennent de pays relativement jeune dans l’histoire du vin comme la Californie, l’Australie ou encore l’Argentine et le Chili. Produit souvent en quantité industrielle, ces vins offrent années après années les mêmes arômes. A côté d’équipements œnologiques très performants, ces caves mettent également fortement l’accent sur un marketing puissant, agressif et accrocheur visant un marché planétaire avec des cépages reconnus mondialement comme le Chardonnay, le Sauvignon, le Merlot, la Syrah ou encore les Cabernets. Ce type de vin, de très bonne qualité au demeurant, envahit nos contrées à des prix défiant toute concurrence.

Nos vignobles à coûts de production élevés ne nous permettent pas de concurrencer avec ces géants. Dans ce contexte pouvons-nous encore nous aligner ? La question demeure ouverte mais reste néanmoins un véritable défi pour les générations à venir.