Fanny et Norma

 

Fanny, 20 ans, aime la Syrah Crêta-Plan
J’ai eu l’occasion de m’occuper des remontages et pigeages de cuves en fermentation, de la manipulation de divers produits œnologiques et de préparer les levures qui permettront à mon moût de débuter la fermentation alcoolique. J’ai également suivi certaines cuves de manière plus approfondie en faisant des analyses au laboratoire ou en sondant le moût à divers stades de la fermentation alcoolique. La plus grande difficulté pendant ces vendanges a été d’admettre que tout ne se passe pas forcément comme me le disait les bouquins au collège. Nous dépendons d’une matière première qui elle-même provient d’une source qui évolue constamment, la Nature. Je me réjouis d’avoir assez de connaissances et de savoir-faire pour évoluer en fonction d’elle.

Au delà des aspects techniques du métier j’ai découvert le travail d’équipe et la solidarité. Les vendages c’est beaucoup d’émotions mais aussi beaucoup de travail et faire partie d’une équipe qui avance vers un but commun c’est très enrichissant.

Norma, 24 ans, aime l’Humagne rouge Ardévaz
J’ai eu l’opportunité de faire des sondages deux fois par jour afin d’avoir un suivi de l’évolution des fermentations alcooliques. Ces données je les ai inscrites sous forme de schéma en fonction des températures et des jours pour avoir une vue d’ensemble. J’ai également pu faire certains traitements sur certaines cuves et j’ai saigné certains rouges pour en faire des rosés et en augmenter la concentration en couleur et tanins du moût restant.

Pendant la période des vendanges il est parfois difficile de rester concentrée puisque les journées sont longues et que les nuits se raccourcissent de plus en plus. La vigilance doit être à son maximum constamment.

Mon plus grand bonheur est celui de voir se transformer la matière première gentiment en vin, tout en travaillant avec une équipe sensationnelle !