la molécule du plaisir dans le vin

Il est généralement admis que boire un ou deux verres de vin par jour, de préférence rouge, est bon pour la santé. La communauté scientifique internationale se penche régulièrement sur l’état de nos artères en lien avec notre consommation d’alcool. Il en ressort que l’un des bienfaiteurs de notre système cardio-vasculaire s’appelle resvératrol. Il s’agit d’un polyphénol (poly = plusieurs et phénol = molécule aromatique) logé principalement dans la pellicule du raisin rouge.
Déjà Hippocrate, considéré comme le père de la médecine, vantait les vertus médicinales du vin en précisant que « comme l’amour, le vin en excès peut avoir des effets délétères pour la santé ». Quelques siècles plus tard et pourvus d’avancées scientifiques considérables, des chercheurs ont identifié ce polyphénol au nom insolite. Il s’agit d’un puissant antioxydant. Il séjourne dans l’une des composantes les plus agréables de l’existence : le vin. On en trouve aussi dans le chocolat, autre bienfaiteur de l’humanité. Cet élixir du cœur et de l’esprit prolongerait nos existences en favorisant le bon fonctionnement des artères, en prévenant leur durcissement, en possédant un pouvoir anti-inflammatoire, et en aidant à la diminution du mauvais cholestérol.
Au début des années nonante, une vaste étude menée par un scientifique français, démontre que les habitants du sud de la France, malgré une cuisine riche en graisse et une consommation quotidienne de vin, ont un taux de maladies cardiovasculaires et de cancers plus bas que leurs voisins des pays anglo-saxons. Le « french paradox » ou paradoxe français est né. L’alimentation à base d’huile d’olive, de légumes et de fruits, typique du pourtour méditerranéen, contribue également à la bonne santé de nos amis de l’hexagone ! Le soleil et une propension à la joie de vivre y sont sans doute aussi pour quelque chose.
C’est du moins l’avis d’un professeur français, Laurent Chevallier. Il se demande si la tendance actuelle n’est pas de trouver des arguments de santé pour des produits alimentaires inutiles à notre équilibre mais qui sont agréables. Et de proposer d’arrêter de chercher des justifications scientifiques à leur consommation. Quelle belle et saine philosophie !
Savourons un bon verre de vin en compagnie d’amis avec modération et sans arrière-pensée ! Et si le cœur nous en dit, croquons avec plaisir dans un morceau de chocolat !